Les huiles essentielles

René-Maurice Gattefossé est considéré comme un père fondateur de l’aromathérapie. Le Dr Jean Valnet est une référence en la matière. Pierre Valentin Marchesseau (le père de la naturopathie en France) parlait, à propos des huiles essentielles «d’embaumement vivant par les essences des plantes».

Il existe différentes méthode d’extraction de ces précieuses essences. Certaines sont trop agressives à l’aide d’éther de pétrole ou chauffées à 60°.

En naturopathie, nous retiendrons la méthode hydrique naturelle car elle préserve la qualité et l’intégrité des plantes.

On les utilise de préférence par voie cutanée, en friction, dans les bains ou lors des massages mélangées à de l’huile végétale. Ou par voie olfactive en inhalations ou diffusion à froid au moyen de diffuseur électrique à pulsion d’air froid. Attention à l’ingestion des huiles essentielles par voie buccales car elles agressent les muqueuses du tube digestif. En naturopathie, nous préférons les 2 premières voies.

D’une manière générales elles sont rééquilibrantes au niveau du terrain et au niveau même de la cellule. Elles sont bactéricides (c’est à dire qu’elles tuent les germes), défloculantes (c’est à dire qu’elles pulvérisent et fluidifient les déchets les rendant plus faciles à éliminer), émonctorielles (en ce sens qu’elles permettent une meilleur élimination), rechargeantes, réflexogènes, harmonisantes, régulatrices.

Tout comme les plantes, nous les utilisons au sein d’une réforme de vie globale et pas de manière symptomatique (symptôme / remède)